Comment acheter au Canada quand on est Français ?

 

Vu de l’extérieur, le Canada apparaît comme un eldorado. En plus de ses infrastructures de qualité, cet immense pays de l’Amérique du Nord est dynamique et possède une économie saine. S’installer au Canada représente donc un projet de vie logique et compréhensible, même pour des Français. Si vous projetez réellement de vous y installer, l’achat d’un bien immobilier est à envisager.

 

Opter pour la location avant l’acquisition d’un bien immobilier

 

Pour la majorité des immigrants au Canada, devenir propriétaire immobilier fait partie intégrante du projet de vie. Si les démarches administratives y afférentes peuvent paraître intimidantes à première vue, ce n’est pas le cas dans la réalité. L’accès à la propriété est simplifié. Pour preuve, aucune durée de résidence minimum ne vous sera pas demandée, ni de frais supplémentaires pour immigrants. En revanche, le caractère plus permanent d’un projet d’achat immobilier et l’engagement financier qui en résulte nécessitent au préalable une véritable réflexion.

 

Dans cette perspective, débuter par la location à votre arrivée au Canada apparait comme un bon point de départ. En premier lieu, cela vous permet de vous familiariser avec votre pays d’accueil et de confronter votre projet de vie avec la réalité. Ensuite, cela vous donne tout le temps nécessaire pour faire toutes les recherches sur la ville ou le quartier qui vous correspond le mieux en vue d’une installation durable. Ainsi, vous êtes capable de faire un choix réfléchi sur la base de connaissances réelles et non d’informations collectées sur le web.

 

Se constituer un historique de crédit pour une demande de crédit

 

Vous pouvez également mettre à profit la période de location pour vous constituer un historique de crédit nécessaire à la validation d’une demande de prêt hypothécaire. Les établissements financiers en ont besoin pour s’assurer que vous êtes solvable. Pour satisfaire leurs exigences, le plus simple est de leur fournir les informations utiles. D’abord, vous ouvrez un compte bancaire à votre arrivée pour y domicilier vos revenus. Après, vous demandez une carte de crédit pour vos dépenses courantes et payez à temps les différents services que vous consommez.

 

Cette démarche présente l’avantage de justifier d’une bonne stabilité professionnelle et de revenus constants. Ce qui démontre votre capacité de remboursement. Par ailleurs, cela vous permet de faire une demande de prêt hypothécaire préétabli et le moment opportun, obtenir le prêt immobilier pour financer votre projet. Pour rappel, une mise de fonds minimum de 5 % est exigée pour les résidents permanents. Pour les non-résidents, celle-ci varie de 10 à 35 %. Les prêts hypothécaires doivent être assurés auprès de la SCHL pour tout acompte inférieur à 20 %.

 

A lire également : Les conseils pour la préparation de votre vol vers le Canada

 

Chercher le bien immobilier de ses rêves et procéder à son acquisition

 

Pour un couple français qui souhaite devenir propriétaire immobilier au Canada, il existe différents moyens pour trouver le bien immobilier de ses rêves. La solution la plus simple est de recourir aux services d’une agence immobilière accréditée. Les alternatives possibles sont l’achat de propriété de particulier à particulier et l’acquisition de maison neuve auprès de promoteur immobilier. Pour tout achat immobilier en couple, il est conseillé de poser les bonnes conditions à votre offre comme sous réserve du résultat de l’inspection du bâtiment ou d’obtention du prêt hypothécaire.

 

Comme pour toute acquisition immobilière, vous devez également prévoir des frais secondaires pour votre projet. Il est important de bien les calculer et de les intégrer à votre budget pour vous éviter de mauvaises surprises au moment de la conclusion de la transaction. Ces frais secondaires à prendre en considération incluent entre autres le coût d’inspection du bien immobilier, l’établissement de l’acte notarié et la taxe de mutation. Cette dernière est communément appelée taxe de Bienvenue.

 

Comments are closed.